abjection


abjection

abjection [ abʒɛksjɔ̃ ] n. f.
• 1372; lat. abjectio
1Extrême degré d'abaissement, d'avilissement. avilissement, indignité, infamie. Vivre dans l'abjection. « La complaisance célinienne pour l'abjection humaine » (Kristeva).
2Comportement, discours abject; situation abjecte. Ce livre est une abjection, une chose abjecte.

abjection nom féminin (latin ecclésiastique abjectio, rejet) Dernier degré de l'abaissement, de la dégradation morale ; ignominie. ● abjection (citations) nom féminin (latin ecclésiastique abjectio, rejet) François René, vicomte de Chateaubriand Saint-Malo 1768-Paris 1848 Lorsque, dans le silence de l'abjection, l'on n'entend plus retentir que la chaîne de l'esclave ou la voix du délateur ; lorsque tout tremble devant le tyran, et qu'il est aussi dangereux d'encourir sa faveur que de mériter sa disgrâce, l'historien paraît, chargé de la vengeance des peuples. C'est en vain que Néron prospère. Tacite est déjà né dans l'empire ; il croît inconnu auprès des cendres de Germanicus, et déjà l'intègre Providence a livré à un enfant obscur la gloire du maître du monde. Article du Mercure Commentaire Cet article du Mercure, que Chateaubriand dirigeait alors, suscita la fureur de Napoléon et précipita la disgrâce de l'écrivain. ● abjection (synonymes) nom féminin (latin ecclésiastique abjectio, rejet) Dernier degré de l'abaissement, de la dégradation morale ; ignominie.
Synonymes :
- indignité
Contraires :
- dignité

abjection
n. f.
d1./d Caractère abject.
d2./d état de dégradation, d'abaissement méprisable. L'abjection dans laquelle il est tombé.

⇒ABJECTION, subst. fém.
I.— [En parlant d'une pers. envisagée du point de vue de son niveau mor., plus rarement d'une chose (mise en relation avec une pers.)] Dernier degré de l'abaissement ou de la dégradation. Valeur nettement péjorative déjà en langue :
1. Que faire, comment sortir de cet état d'abjection ou de nullité de valeur morale?
MAINE DE BIRAN, Journal, 1819, p. 205.
2. Démence, mensonge, sagesse, sophisme, amour divin, négation impie, chasteté, désordre; tous les éléments d'erreur et de vérité, de grandeur et d'abjection, ont tournoyé et flotté confusément dans le chaos de mon imagination.
G. SAND, Lélia, 1839, p. 403.
3. Il y a une laideur d'abjection et de dégradation, de bassesse de race, qui est le stigmate des millionnaires : voyez Rothschild, Pereire...
E. et J. DE GONCOURT, Journal, juillet, 1863, p. 1299.
4. Ame royale, livrée, dans un moment d'oubli, au crabe de la débauche, au poulpe de la faiblesse de caractère, au requin de l'abjection individuelle, au boa de la morale absente, et au colimaçon monstrueux de l'idiotisme!
LAUTRÉAMONT, Les Chants de Maldoror, 1869, p. 247.
5. Vous allez me reprendre mes cent balles.
— J'en donnerais plutôt cent autres pour tirer de vous une parole qui ne soit pas abjection pure.
Abjection, objection, projection, dit l'idiot.
G. BERNANOS, L'Imposture, 1927, p. 467.
6. Je me refuse à l'existence. On dirait que je veux ne connaître le réel que dressé contre moi. Abjection congénitale du cœur qui s'obstine à être comme perdu parmi les choses.
J. BOUSQUET, Traduit du silence, 1936, p. 111.
Employé au plur., le mot se réfère à des situations concr. (cf. styl.) :
7. Néanmoins si des abjections sous lesquelles on se courbe vous permettent de ramper à travers des abaissements où ne passerait point une tête élevée, ces abjections finissent par s'écrouler sur vous et elles vous écrasent.
F.-R. DE CHATEAUBRIAND, Mémoires d'Outre-Tombe, t. 4, 1848, p. 517.
8. Et ce n'est pas leur bore et leurs vapeurs de soufre
Qui viendront nous blanchir de nos abjections
Et ce n'est pas leur chlore et leurs objections
Qui viendront nous tirer du fond du dernier gouffre.
Ch. PÉGUY, Ève, 1913, p. 896.
Rem. Les ex. 1, 3 et 7 font apparaître des séries synon. Dans l'ex. 1, le degré extrême de dégradation est assimilé à l'absence de valeur mor. Abjection renchérit sur abaissement (ex. 7). L'ex. 3 permet d'apprécier la nuance de sens séparant abjection de bassesse; la bassesse est inhérente à une pers. ou à une chose (cf. dans le texte de l'ex. : bassesse de race); l'abjection est un état accidentel (cf. dans le texte : abjection et dégradation) dont on est responsable ou dont d'autres pers. sont responsables et qui suscite un mépris plus grand que la bassesse. La qualification de congénitale donnée à abjection dans l'ex. 6 produit dès lors un effet de surprise. L'ex. 2 atteste l'existence de séries anton. parallèles à celles qui ont été rencontrées pour l'adj.
Groupes associatifs :
a) Abjection est souvent associé à des mots péj. tels que misère, orgueil, pauvreté, nuit, etc., avec lesquels il se trouve en harmonie sém. et styl.
b) Les adj. qualificatifs les plus usuels concernent l'intensité (abjection profonde), la péjoration (abjection dégoûtante), la nature (abjection morale et intellectuelle).
La qualification (inversante) par adj. valorisant est rare : elle est un fait de style d'auteur et non un fait de lang. :
9. Elle, ailée, transfigurée, qui est montée à la vie haute et légère, et ne vit que du miel des fleurs, comment s'accommoderait-elle des ténèbres, de l'utile abjection où l'enfant se fortifie? Ce qui est salutaire et vital pour ce fils ténébreux de la terre serait mortel à une mère aérienne qui déjà a volé dans la tiédeur et la douce lumière du ciel.
J. MICHELET, L'Insecte, 1857, p. 44.
c) D'autres groupes expriment en clair 2 idées compl. contenues dans abjection :
l'état d'infériorité, de soumission auquel on est amené contre son gré ou dans lequel on s'est mis volontairement :
réduire à un état (au dernier degré) d'abjection;
s'enfoncer, tomber dans l'abjection, se relever de son abjection (mêmes types d'assoc. ds Ac. 1835).
l'aspect pénible de cet état :
abîme d'abjection;
croupir dans l'abjection.
d) Parmi les assoc. citées ds Ac. 1835 : l'abjection de ses sentiments et de ses mœurs, l'abjection de sa conduite, de son langage, seule la première est apparue, de façon partielle et par un ex. unique (sous la forme l'abjection des mœurs) dans les textes dépouillés.
II.— RELIGION
A.— Humiliation profonde, voulue ou acceptée, devant Dieu :
10. Dès que ce palais de l'abjection chrétienne [une maisonnette de bois et de terre glaise, une cabane de pauvre] fut achevé, elle alla s'y installer avec ses enfants et fidèles suivantes.
C. DE MONTALEMBERT, Histoire de Sainte Élisabeth de Hongrie, duchesse de Thuringe, 1836, p. 199.
11. Oui, c'est bien d'elle dont il est écrit : Vase admirable, œuvre du Très Haut. Vase admirable par la vertu de son humilité, l'abjection de son corps, la tendresse de sa compassion, et que tous les siècles aussi admireront!...
C. DE MONTALEMBERT, Histoire de Sainte Élisabeth de Hongrie, duchesse de Thuringe, 1836 p. 309.
12. Un des épisodes les plus mystérieux de la vie du Père de Foucault, avant sa conversion, demeure la longue randonnée qu'il fit, déguisé en Juif, à travers le Maroc inconnu. Ce temps d'abjection volontaire, d'ascétisme, de solitude creusait, dans ce cœur, le lit de la grâce.
F. MAURIAC, Journal, 1934, p. 26.
Rem. L'ex. 10 (abjection chrétienne) montre que, dans ce sens, abjection se prend en bonne part, l'humiliation devant Dieu étant considérée comme une vertu. Les autres groupes associatifs subst. + adj. soulignent cette valeur : . abjection volontaire (ex. 12); . heureuse abjection (DANIEL-ROPS, Mort, où est ta victoire?, 1934, p. 426); . pieuse abjection (J. et J. THARAUD, L'An prochain à Jérusalem!, 1924, p. 210).
B.— État de dégradation dans lequel se trouve le corps de l'homme par suite du péché originel :
13. Saint Paul nous l'atteste : « le corps est semé dans la corruption, il ressuscitera dans l'incorruptibilité. Il est semé dans l'abjection, il ressuscitera dans la gloire. Il est semé dans la faiblesse, il ressuscitera dans la force. Il est semé corps animal, il ressuscitera corps spirituel. »
F. MAURIAC, Journal, 1934, p. 28.
Rem. Dans l'ex. 13, abjection s'oppose à gloire, employé au sens relig. d'état (lumineux) d'un corps ressuscité, semblable à celui de Dieu dans ses manifestations terrestres.
C.— Objet de rebut, dans l'expr. biblique : l'opprobre des hommes et l'abjection du peuple, désignant le Christ (cf. hist. II B).
Stylistique — Voir abject.
Prononc. :[]. Enq. //.
Étymol. — Corresp. rom. : a. prov. abjectio; ital. abiezióne; esp. abyeccion; port. ; cat. abjecció.
1. 1372 « état de ce qui est rejeté, bas » (J. CORBICHON, Propriété des choses, 14, 5, éd. 1522; Delboulle ds QUEM. : Ung nom de vilité et de abjection); dans un texte relig. « abaissement volontaire, humilité » (1609, ST FRANÇOIS DE SALES, Introd. à la vie dévote, III, 40 ds HUG. : La vraye vefve est en l'Église une petite violette de mars, qui respand une suavité nompareille par l'odeur de sa devotion, et se tient presque tous-jours cachee sous les larges feuilles de son abjection); 2. XIVe s. « action de rejeter, de dédaigner » (Fabl. d'Ovide, Ars. 5069, fol. 85e ds GDF. : Pelops denote abjection De richesse et perfection D'umble et de vraie povreté); dans un texte relig. « mépris, dédain (de soi) » (1609, ST FRANÇOIS DE SALES, op. cit., III, 1 ds HUG. : Sainte Elizabeth, toute grande princesse qu'elle estoit, aymoit sur tout l'abjection de soy mesme). [abjeccion terme jur., attesté uniquement en 1374 (Arch. Nat., MM 30, fol. 3 v°), et que GDF. explique par « aliénation » n'a aucun fondement en lat. médiév. et paraît plutôt signifier dans ce cont. « redevance »; il s'agit prob. d'un hapax, créé par le copiste à partir du lat. , jactare, en relation avec l'a. fr. get « redevance »].
Empr. au lat. abjectio (dér. de abicere au sens de « abaisser, rejeter, mépriser ») seulement attesté au sens « abattement (de l'âme) » en lat. class. (CICÉRON, Pis., 88 ds TLL s.v., 92, 21 : quid debilitatio atque abjectio animi tui). Se spécialise en lat. chrét. au sens d'« abaissement volontaire, humilité » (GREG. LE GRAND, In Evang. homeliae, 6, 1 ds BLAISE : abjectio mortis suae) et de « mépris, dédain » (TERTULLIEN, De patientia, 7 ds TLL s.v., 92, 27 : abjectionem divitiarum.)
HIST. — Dès son entrée dans la lang. et simultanément (cf. étymol.), le mot renferme les 2 notions d'état et d'action; la 1re l'emporte au XVIIe s. Le mot s'applique d'abord à une chose et dans cet emploi disparaît très tôt (cf. inf. I A). Au XVIIe s., il s'applique à une pers. et prend 2 orientations parallèles, l'une relig., disparue au XVIIIe s., sauf dans une expr. stéréotypée (cf. inf. II B), l'autre, morale, toujours attestée.
I.— Sens et emplois disparus av. 1789. — A.— En parlant d'une chose : 1. « action de rejeter, de dédaigner une chose » (cf. étymol. 2); 2. « état de mépris où est une chose », attesté en 1372 comme ex. isolé (cf. étymol. 1). Ung nom de vilité et de abjection. B.— Abjection d'esprit « état d'abjection où se trouve l'esprit », expr. signalée uniquement par FUR. et Trév. 1704 et 1752 : Quelques-uns ont écrit abjection d'esprit pour dire abattement d'esprit. (FUR. 1690). Empr. au lat. class. (cf. étymol. abjectio animi « abattement de l'âme »). C.— Sens issu de A sup. :dans la lang. relig., en parlant d'une pers. « humiliation, mépris de soi, humilité » (cf. étymol. 1 et 2 et abject, hist. I B) : 1. action : ST FRANÇOIS DE SALES, Introd. à la Vie dévote, III, 1 (cf. étymol. 2); 2. état : La vraye vefve est en l'Eglise une petite violette de mars, qui respand une suavité nompareille par l'odeur de sa devotion, et se tient presque tous-jours cachee sous les larges feuilles de son abjection. ID., ibid., III, 40 (Hug.). — Rem. 1. Le mot peut, pour exprimer l'état, présenter un emploi absolu : Avec combien peu d'orgueil un chrétien se croit-il uni à Dieu! avec combien peu d'abjection s'égalet-il aux vers de la terre! PASCAL, Pens., éd. Havet, I, 189 (cf. aussi DUB.-LAG., s.v. abjection). 2. Ce sens, usuel à la fin du XVIe s., vieillit au XVIIe s., disparaît vers la fin du XVIIIe s. (cf. Trév. 1752, 1771), bien qu'il soit encore noté ds certains dict. à vocation hist. tels que BESCH. et LITTRÉ (cf. BRUNOT, IV, p. 586 et DUB.-LAG. s.v. abjection). 3. Ce sens a été remis en usage par 2 écrivains mod. traitant de biogr. relig. (cf. sém. II, ex. 1, 2, 3). D.— En parlant de la condition sociale (cf. abject, hist. I A) : 1. sens apparu au XVIIe s. sans idée péj. : S'il était permis à ce malheureux que vous outragez de vous répondre, si l'abjection de son état n'avait pas mis le frein de la honte et du respect sur sa langue. MASSILLON, Car (DUB.-LAG.); 2. ne semble pas s'être maintenu au-delà du XVIIIe s. Les différentes éd. de FUR. et Trév. en donnent une signification ambiguë où cependant le cont. condition servile paraît indiquer un sens princ. ou primitivement social : Abjection. Condition servile qui fait tomber une personne dans le mépris. La fortune a réduit ce gentilhomme dans une grande abjection. Trév. 1752. E.— Terme jur., « aliénation » ou mieux « redevance » (cf. étymol.) : Ledit frère Jehan sera tenus de fere le fait de la baillie et a soustenir tous les frais, missions et coustemens et paier ledit chapitre, avecques autres subvencions ou abjections quelconques. (ds GDF., réf. ds étymol.).
II.— Historique des sens attestés apr. 1789. — A.— « état de mépris où est une pers. » (cf. sém. II). Apparaît au XVIIe s. : Il est tombé dans une telle abjection que, etc. Ac. 1694. À partir de Ac. 1798, le mot s'applique p. ext. à certaines valeurs humaines d'ordre psychol., moral ou social : L'abjection de ses sentiments et de ses mœurs. Perman. de ce sens dans ces 2 accept. (cf. sém.) B.— « obj. de rebut », dans la lang. de l'Écriture, pour désigner le Christ; il s'agit d'une ext. de I, C. 1re attest. ds St François de Sales (d'apr. H. LEMAIRE, Les Images chez St François de Sales, Paris, 1962). Transcription littérale de la Vulgate (Ps. XXI, 7). Perman. attestée jusqu'à l'époque contemp. : Ac. 1694 à 1932; BESCH.; LITTRÉ; DG.
STAT. — Fréq. abs. litt. :181.
BBG. — FEUGÈRE (F.). En marge de l'exposition Charles V Dans le vocabulaire de Duguesclin. Déf. Lang. fr. 1968, n° 45, pp. 26-28. — Gramm. 1789.

abjection [abʒɛksjɔ̃] n. f.
ÉTYM. 1372; du lat. abjectio « abattement de l'âme »; en lat. ecclés. « humilité ».
1 Extrême degré d'abaissement, d'avilissement. || Vivre, tomber, croupir dans le vice et l'abjection. Avilissement, bassesse, indignité, infamie; par métaphore (littér.) boue, fange. || L'abjection morale. || Histoire de l'abjection, titre français d'un ouvrage de Borges.
1 Lorsque, dans le silence de l'abjection, l'on n'entend plus retentir que la chaîne de l'esclave ou la croix du délateur; lorsque tout tremble devant le tyran, et qu'il est aussi dangereux d'encourir sa faveur que de mériter sa disgrâce, l'historien paraît, chargé de la vengeance des peuples. C'est en vain que Néron prospère. Tacite est déjà né dans l'empire; il croît inconnu auprès des cendres de Germanicus, et déjà l'intègre Providence a livré à un enfant obscur la gloire du maître du monde.
Chateaubriand, in Mercure de France, t. XXIX, juil. 1807.
2 (…) Il (Tolstoï) voit, dans le cœur de chacune (des femmes de la prison), la détresse sous l'abjection, et sous le masque d'effronterie le visage qui pleure.
R. Rolland, Vie de Tolstoï, p. 51.
3 Sans un souffle de cette littérature, sœur de la politesse, la vie retombe assez vite à la goujaterie et à l'abjection.
G. Duhamel, Chronique des Pasquier, III, XV.
4 Je veux réhabiliter cette époque en l'écrivant avec les noms des choses les plus nobles. Ma victoire est verbale et je la dois à la somptuosité des termes mais qu'elle soit bénie cette misère qui me conseille de tels choix. Près de Stilitano à l'époque où je la devais vivre je cessai de désirer l'abjection morale et je haïs ce qui en doit être le signe : mes poux, mes haillons et ma crasse.
Jean Genet, Journal du voleur, p. 62.
Spécialt, relig. Humiliation absolue, correspondant à l'état de dégradation de l'homme après le péché originel.
2 (Une, des abjections). Comportement abject; situation abjecte.
Chose abjecte. || Ce livre est une abjection. Infamie.
REM. Le verbe abjecter a été employé sous la forme pronominale : s'abjecter « devenir abject » (1580) et proposé, à la forme active, dans le Dict. des mots nouveaux de Richard de Radonvilliers (1842). Jouhandeau l'a employé dans De l'abjection (1939).
CONTR. Dignité, élévation, grandeur, noblesse.

Encyclopédie Universelle. 2012.

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Abjection — Ab*jec tion ([a^]b*j[e^]k sh[u^]n), n. [F. abjection, L. abjectio.] 1. The act of bringing down or humbling. The abjection of the king and his realm. Joye. [1913 Webster] 2. The state of being rejected or cast out. [R.] [1913 Webster] An… …   The Collaborative International Dictionary of English

  • abjection — Abjection. s. f. Abbaissement, état de mépris, où est une personne. Il est tombé dans une telle abjection, que &c. Il signifie aussi Rebut, en cette phrase de l Ecriture sainte. L opprobre des hommes & l abjection du peuple …   Dictionnaire de l'Académie française

  • abjection — (n.) early 15c., from Fr. abjection (14c.), from L. abjectionem (nom. abjectio) dejection, despondency, lit. a throwing away, noun of action from pp. stem of abicere (see ABJECT (Cf. abject)) …   Etymology dictionary

  • abjection — I noun abasement, baseness, debasement, decadence, degeneracy, degradation, demoralization, dishonor, disrepute, humiliation, ignominy, meanness, servility, vileness II index bad faith, bad repute, degradation, dishonor ( …   Law dictionary

  • abjection — [abjek′shən, abjek′shən] n. 1. an abject state or condition 2. Bot. the projection of spores from a sporophore …   English World dictionary

  • abjection — (ab jèk sion) s. f. 1°   État abject. Tomber dans l abjection. Il vécut dans la débauche et l abjection. L abjection des sentiments. Pour abaisser notre orgueil et relever notre abjection. •   On ne remarque chez cette nation [espagnole] aucun de …   Dictionnaire de la Langue Française d'Émile Littré

  • Abjection — The term Abjection literally means the state of being cast off. In usage it has connotations of degradation, baseness and meanness of spirit.Abjection in Critical TheoryIn contemporary critical theory, abjection is often used to describe the… …   Wikipedia

  • ABJECTION — s. f. Abaissement, état de mépris où est une personne. Il est tombé dans une telle abjection, que... Vivre dans l abjection. Il s est relevé de l abjection, de l état d abjection où il était tombé.   Il se dit également De choses basses et… …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 7eme edition (1835)

  • ABJECTION — n. f. état d’abaissement qui attire le mépris de tous. Vivre dans l’abjection. Il s’est relevé de l’abjection, de l’état d’abjection où il était tombé. Il se dit également de Choses basses et méprisables. L’abjection de ses sentiments et de ses… …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 8eme edition (1935)

  • abjection — noun /æbˈdʒɛkʃən/ a) The act of bringing down or humbling. The abjection of the king and his realm. b) The state of being rejected or cast out. An abjection from the beatific regions where God, and his angels and saints, dwell forever …   Wiktionary